Changement d’attitude : vers le métier de pilote de ligne

Comme l’essentiel du travail de pilote de ligne s’accomplit derrière des portes closes, il devient difficile pour l’éventuel pilote de ligne de saisir certaines particularités de cette branche du métier. Bien au-delà des techniques apprises par les équipages, j’aborde ici un sujet qui mérite une attention particulière à l’intérieur de notre pratique : L’ATTITUDE.

L’inspiration du présent texte m’est venue à la suite d’une sévère correction qui m’avait été servie lors de ma formation initiale sur ATR-42. En moins de quatre heures au simulateur, j’étais passé d’un égo gonflé à une dépressurisation rapide au point de vouloir disparaître sous le tapis. Non pas pour des erreurs techniques, mais pour une incompréhension de l’attitude à adopter devant la porte du poste de pilotage.

Dans notre métier, on reconnaît certaines similitudes entre les différents types de personnalité humaine et les attitudes prédominantes à développer dans la carrière de pilote. Quelques exemples : développer un goût pour l’aventure, démontrer une bonne estime de soi, afficher une confiance en ses capacités personnelles, nourrir le désir de combattre et de vaincre toutes situations périlleuses, etc. Aussi, les exigences financières, le nombre de candidats intéressés par la carrière et le pessimisme de l’entourage sont des contrariétés qui exigent un bon lot de détermination et d’obstination pour se tailler une place au sein de ce petit monde.

Bref, un ensemble qui forme une personnalité ferme, entreprenante et déterminée, un type de personnalité que l’on qualifie de suffisant ou d’obstiné, ou en terme populaire de « tête de cochon »! Conscient que ces qualificatifs ne s’appliquent pas à tous, je remarque qu’ils décrivent assez bien les attitudes dominantes au début de la carrière de pilote.

L’aspirant pilote de ligne développe une technique de pilotage propre à lui. Seul à bord, il accumule, avec ses heures de vol, un bon bagage d’expérience de pilote-commandant. Les premières opérations de vol comme pilote touristique, les patrouilles de feu, les tâches d’instructeur de vol, de pilote sur flotteurs constituent une variété de situations qui nécessitent le développement d’un individu autonome ingénieux et souverain.

L’obtention de résultats positifs, en l’occurrence, survivre par le biais d’essais et erreurs, amène un fort lot de confiance en soi et un bon recueil d’histoires cocasses à raconter.

Vient ensuite l’obtention d’un poste sur multi-moteurs à pistons. Heureusement, Transports Canada a resserré les normes requises pour l’opération d’un multi-moteur ne comptant qu’un seul pilote aux commandes. Cela permet maintenant au premier officier et commandant en devenir d’observer d’autres méthodes de travail et de questionner ses propres acquis.

Dès les premiers vols, ce nouveau premier officier salue l’expérience de son partenaire commandant. Rapidement, il ne désire qu’une chose pour lui-même : le statut de commandant. Tôt, il se croit bien meilleur que son partenaire! L’être d’exception qu’il est à ses yeux détecte facilement les erreurs de l’autre, en oubliant comme par enchantement ses propres erreurs. Au moment venu de sa promotion, il travaillera enfin selon sa propre méthode. Ainsi, le développement autonome du pilote suit son cours normal et renforce le comportement autodidacte qui l’a aidé jusqu’à ce jour à gravir les divers échelons de la carrière.

Lorsque le pilote souverain décroche un emploi à titre de pilote de ligne, il fait face à une réalité bien différente. Finie la course vers la promotion, finie la bataille avec les patrons pour obtenir des jours de congé, finies les âpres discussions ne fût-ce que pour engager la réparation de systèmes défectueux!

Quel choc que de quitter un emploi de pilote où l’organisation, en dehors de la simple tâche de piloter, nécessite beaucoup de débrouillardise et d’implication personnelle! Quel choc que de quitter un milieu où la couleur de sa personnalité compte des dividendes d’avancement vers un autre qui n’exige que la rigoureuse application des procédures préétablies par la compagnie! Le pilote souverain et suffisant ne trouve plus sa place dans cet environnement.

Le comportement valorisé est celui du pilote à l’écoute qui renonce à sa méthode personnelle. Il accueille alors avec respect tout changement à sa technique de travail. Il se corrige rapidement pour s’adapter aux méthodes développées et préconisées par la compagnie. Il doit devenir celui avec qui il est agréable de travailler, celui qui fait régner l’harmonie, qui sait éviter les confrontations et les argumentations inutiles. Bref, l’attitude d’échange, de partage et d’écoute est de mise, voir requise. La phrase magique devient : « Oui, monsieur ou madame », accompagnée d’un hochement de tête et d’un sourire! C’est le passage obligé d’un pilote-orchestre vers l’apprenti-chef d’orchestre. L’importance de la réussite du vol ne réside plus sur la seule capacité du pilote, mais sur le travail d’une équipe d’intervenants : répartiteurs, préposés au sol, agents de bord, confrères pilotes, etc.

Dès l’embauche d’un pilote de ligne, on lui attribue un numéro séquentiel. Cette position en rapport aux pairs détermine l’ordre des promotions. Les échelles salariales sont prédéterminées, de même que les normes d’avancement, les méthodes de travail, les vacances, etc. Bref, tout est prévu! Il suffit simplement d’étudier la méthode adoptée par la compagnie et de l’appliquer sans plus. L’absence de compétitivité et le partage des connaissances entre confrères sont bienvenus et toujours de mise.

À tous les aspirants pilotes qui me posent la question : « Qu’est-ce que ça prend pour devenir pilote de ligne? », je réponds : « Une bonne attitude est la clé de votre succès. Dans le ciel, il y aurait une place pour vous! ».

Nicolas Charette

Adepte de saine gestion et d’actualité dans le domaine des affaires, l’auteur du livre « Attitude 80 » s’appuie sur une précédente carrière en aviation à titre de chef pilote de département corporatif, pilote de ligne Boeing 767-300 & instructeur-inspecteur Boeing 737-800 pour promouvoir certaines techniques de leadership et travail d'équipe. www.attitude80.com


© 2023 by Salt & Pepper. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now